The mountaintop review

Written by Rose Napoléon

Presented by The Black Theatre Workshop & Neptune Theatre

It’s April 1968 in Memphis, Tennessee. An exhausted Martin Luther King goes to Lorraine Motel after his impactful speech, “I Have Been To The Mountaintop“. It’s late at night. He is preparing a new speech, when suddenly, someone knocks on the door: A new housemaid brings him his coffee. Her name is Camae and seems like she’s right out of heaven.

This play, from the imagination of Katori Hall, is both a tribute to Martin Luther King Jr., the man, but a tribute to her mother, as well, whose name is also Camae. Her mother was not allowed to watch King on television. Katori Hall imagines a conversation between her mother and the preacher.

unnamed (1)

More than a play, The Mountaintop defies time and 3 dimensions. Eo Sharp, master of the staging, demonstrates that with theatre, nothing is impossible, even if that implies to drop objects from the ceiling. The troubles of 1968 and the segregation in the South of the United States blend well with the intelligent humour of the text.

The Characters Speak To Us 

Tristan D. Lalla embodies a sensitive and resilient Martin Luther King. Letitia Brookes plays Camae, at once fierce and angelic. The dynamic duo succeeds in the challenge of destroying the psychological barriers of the theatre, allowing us to dive into the story with them. The text is lyrical and the characters almost exchange the words while singing. The play is a constant shift between dichotomies: Life and death, love and hatred, black and white.

In the era of the Black Lives Matter movement and the series of murders of young black individuals in the United States, the play offers us a message of hope, despite these uncertain times. King is not dead, but lives within all of us. His work has been worthwhile. The climb up the mountain is slow and arduous, but it’s only a matter of time before his dream comes true

The Mountaintop is directed by Ahdri Zhina Mandiela and
Presented at the Segal Center from October 14th to 29th.

Buy tickets now 

Photos : Andrée Lanthier
Corrections: Vanessa Perri


Présenté par Black Theatre Workshop & Neptune Theatre

Écrit par Rose Napoleon

Nous sommes en avril 1968, à Memphis, au Tennessee. Un Martin Luther King exténué après son stoïque discours « I Have Been To The Mountaintop » se rend au Lorraine Motel tard le soir. Il se prépare à écrire un nouveau discours, quand soudainement, on frappe à la porte : une nouvelle femme de ménage lui apporte son café et bien plus encore. Camae de son nom, semble tout droit sortie des cieux.

Cette pièce, toute droite sortie de l’imaginaire de Katori Hall, est à la fois un hommage à ce grand homme qu’a été Martin Luther King Jr, mais aussi un hommage à sa mère, également nommé Camae. Cette dernière n’avait pas le droit de regarder l’orateur à la télévision durant sa jeunesse. Katori Hall s’est imaginée une conversation entre sa mère et King.

unnamed

Plus qu’une pièce de théâtre, « The Mountaintop » défie le temps et les 3 dimensions. Eo Sharp, maître de la mise en scène, démontre que rien n’est impossible au théâtre, quitte à faire tomber des objets du plafond. La lourdeur de l’actualité de 1968, la ségrégation dans le sud des États — Unis, se marie grâce à l’humour intelligent du texte ainsi que les clins d’œil à l’actualité d’aujourd’hui.

Les personnages nous parlent et nous ressemblent

Tristan D. Lalla incarne un Martin Luther King sensible et résilient. Letitia Brookes interprète une Camae à la fois fougueuse et angélique. Le duo dynamique réussit le défi de détruire les barrières mentales du théâtre, nous permettant de plonger avec eux dans l’histoire. Le texte est lyrique. Les personnages s’échangent presque les mots en chantant. La pièce est une valse constance entre les dichotomies que sont la vie et la mort, l’amour et la haine, le blanc et le noir.

À l’ère du mouvement Black Lives Matter et de la série de meurtres de jeunes noirs aux États-Unis, la pièce nous offre un message d’espoir malgré ces temps incertains. King n’est pas mort, mais vit bien en chacun de nous. Son travail n’a pas été en vain. La montée sur la montagne est lente et ardue, mais ce n’est qu’une question de temps avant que son rêve se réalise.

« The Mountaintop » est dirigé par Ahdri Zhina Mandiela et

présenté au Segal Center du 14 au 29 octobre.

Achetez les billets ici 

 

Photos : Andrée Lanthier
Corrections: Vanessa Perri

 

Advertisements

Leave a Reply